Diaspora

La Cour Interaméricaine de Droits Humains condamne une deuxième fois l'Etat dominicain pour le massacre de Guayubin

DR-massacre-guaybin-haitien-deportationPort-au-Prince, le 30 novembre 2012 - (AHP) - La Cour Interaméricaine de Droits Humains a rendu public jeudi le verdict de sa comdamnation de l'Etat dominicain pour le massacre de Guayubin. Connu également sous le nom de l'Affaire Nadège Dorzema contre la République dominicaine, elle concerne l'assassinat de 7 migrants haïtiens qui tentaient à bord d'un camion d'entrer illégalement en République Dominicaine, le 18 juin 2000.

Le camion ne s'étant pas arrêté à un barrage de l'armée, des soldats dominicains ont alors fait feu sur le camion, tuant à l'intérieur 4 personnes.

Une autre personne a été écrabouilée par le camion et les militaires ont par la suite exécuté deux autres personnes au moment où elle tentaient de fuir.

Le verdict a été rendu le 24 novembre . Le tribunal souligne que les soldats dominicains ont fait usage d'une force inutile et disproportionnée et ont violé les droits à la vie des migrants haïtien.

Les juges ont également estimé que les preuves recueillies "ne montrent aucune indication que les migrants étaient armés ou avaient exercé une sorte d'agression contre les militaires."

L'État dominicain a tenté de faire valoir au cours du procès que le camion avait enfoncé un poste de contrôle et que les soldats ont cru qu'il transportait de la drogue.

Foutaise!

Les juges ont ordonné à la République dominicaine d'enquêter et de punir les coupables de ces faits et de déterminer où se trouvent les corps des défunts pour les rapatrier et les remettre à leurs familles en Haïti.

Les juges ont également ordonné le paiement d'une indemnité pour les dommages matériels et immatériels aux familles des personnes tuées et des dix autres blessées.

La responable du Groupe d'Appui au Rappatriés et Régufiés Garr, Colette Lespinasse, salue la décision du tribunal et dit souhaiter que des dispositions soient prises pour que l'Etat dominicain donne suite au verdict.

Il s'agit, rappelle-t-elle, de la deuxième condamnation d'une intance internationale contre la République Dominicaine pour violation des droits des migrants haïtiens.

Source: AHP