Diaspora

QUEBEC – ETATS UNIS D’AFRIQUE – HAITI ( ?)

centre-congres-quebecLe Forum mondial de la Francophonie

Par Macus - VILLE DE QUEBEC, 2 Juillet – La ville de Québec, capitale de la province du même nom, est en effervescence. L’été est chaud, l’été est beau.
Et cette année avec un plus : le Forum mondial de la langue française. Du 2 au 6 Juillet. Près de 1500 délégués de tous les pays de la francophonie. Une cinquantaine d’activités, de spectacles, et de rassemblements culturels, tous gratuits et accessibles à tous.


Afin de célébrer la langue française dans une ambiance festive et conviviale.
Coïncidant aussi avec le 404e anniversaire de Québec, ville hôte du forum, exceptionnellement vibrant à l’unisson d’une infinité de rythmes, couleurs et accents venus de toutes les latitudes. Et d’abord de son héritage autochtone d’un côté, et ancestral de l’autre (les Acadiens, la Gaspésie, le berceau de la langue française dans le Nouveau Monde).

Pour la ministre des Relations internationales et responsable de la Francophonie, Monique Gagnon-Tremblay : ‘Nous avons besoin de tels rassemblements car notre langue est confrontée à de grands défis sur tous les plans : démographique, politique, éducatif, scientifique et bien entendu, culturel.’
Selon Christine St-Pierre, ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine : ‘une telle initiative d’envergure planétaire produira des retombées tant pour l’économie que pour le rayonnement de notre culture et la renommée de notre capitale.’

Le théâtre d’opération consiste en cinq grandes artères commerciales de la ville de Québec (baptisé à l’occasion de ‘parc de la Francophonie’) qui s’animeront toute la semaine avec du théâtre, de la danse, de la chanson, des projections et des soirées thématiques …
Initié par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le Forum mondial de la langue française est organisé en collaboration avec le gouvernement du Québec et le soutien du Canada.

Le Forum a été officiellement ouvert lundi 2 Juillet par le Secrétaire général de l’OIF, l’ex-Président du Sénégal, Abdou Diouf.
Celui-ci précédé par le Premier ministre du Canada, Stephen Harper, et celui de la Province du Québec, Jean Charest.
Ces deux derniers ont vanté les mérites du bilinguisme, Mr Charest insistant davantage sur l’importance donnée par le Québec à la défense du français mais aussi sur les menaces qui pèsent sur celui-ci. Au niveau non seulement des institutions internationales (Nations Unies) mais en Europe même où les nouvelles technologies de la communication privilégient l’anglais.

Le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, président de l’Association internationale des maires francophones, a aussi participé à la cérémonie.
Le Secrétaire général de l’OIF, Dr Abdou Diouf, à certains moments de son allocution, n’a pas mâché ses mots. ‘Je sais que notre engagement en faveur de la langue française est (par certains) taxé d’anachronisme, au motif que l’on ne peut prendre le train de la modernité et du progrès qu’en faisant allégeance à la langue dominante (…).’
Et plus loin : ‘Nous ne pouvons pas dénoncer le manque de démocratie dans les organisations internationales et dans les relations internationales et accepter, dans le même temps, de s’informer, de travailler, de négocier dans une langue unique – que certains maîtriseront toujours mieux que d’autres.
‘Nous ne sommes pas prêts (…) à confier à un « globish » conceptuellement atrophié le soin d’exprimer toute la complexité et la diversité de la pensée en quelques 1.500 mots.
‘Nous devons être des indignés linguistiques !’ s’est écrié le Secrétaire général Abdou Diouf.
Eh oui !
Soulignons aussi que le Forum est dédié à la jeunesse du monde entier en général et francophone en particulier.
Des jeunes de divers coins de la terre (Cameroun, Argentine, Laos, Québec bien entendu) sont venus dire leur expérience du français ou donner lecture d’un poème.
Mais soulignons aussi qu’aucun jeune de chez nous (Haïti la deuxième nation francophone du continent après le Québec) n’a paru en scène.
Parmi les officiels, on a signalé la présence de l’ex-Gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, d’origine haïtienne.

Le lancement officiel du Forum a eu lieu au Centre des Congrès de Québec, un bâtiment immense et moderne. Et placé sous le signe de la multi-culturalité.
Pour cette fête grandiose de la culture (du 2 au 6 juillet), les artistes viennent de tout le territoire du monde francophone, une immense variété de sons, de mots, d’accents et de rythmes du Sénégal à Haïti, d’Algérie au Cameroun, de la Thaïlande à la Louisiane.
La grande soprano Marie-Josée Lord partageant la scène avec la basse Jacques-Greg Belobo, d’origine camerounaise.
Ou encore le chanteur Belo d’Haïti sur scène avec Kareyce Fotso, née en pays Bamiléké, Lynda Thalie, québécoise d’origine algérienne, Didier Awadi, pionnier du mouvement rap en Afrique de l’Ouest.
Participation aussi de l’AUF/Agence universitaire de la Francophonie (représentée chez nous) à travers de nombreux ateliers sur ‘la Recherche et sa diffusion en français.’
Forte présence aussi de l’ONF (Office national du film) du Canada présentant une sélection des meilleurs courts métrages réalisés dans tous les coins du monde francophone. ‘Periphéria Productions.’
Le Forum sera aussi l’occasion pour le lancement de la chaîne en ligne ‘francophonie24’ et le portail télévisuel en français qui l’accompagne : tvfrancophonie.org.
Enfin naissance d’un Centre de la Francophonie des Amériques. Avec pour mission de mettre en réseau ‘les 33 millions de francophones dans les Amériques.’
Le 1er Forum de la Francophonie se veut donc une grande offensive. Dans le but non seulement de défendre le français mais aussi de conserver à ce monde où nous vivons : sa diversité culturelle. Sa vitalité.
Comme a dit Mr Abdou Diouf, s’il était permis au français de disparaître, qu’arriverait-il aux milliers d’autres langues de moindre envergure et parlées un peu partout !

Marcus - Haïti en Marche, 2 Juillet 2012