Diaspora

La Riposte Dominicaine à Notre Diplomatie-Rara

casimir-affaire-etrangere

Je l'avais prédit sur la 1580 AM de Miami qu'« il y aura des représailles du coté dominicain, suite à l'embargo injustifié imposé par Haïti sur les produits avicoles ».Et, voilà présentement, nous sommes tous en train de vivre le corollaire de cette décision irresponsable avec consternation.

La singularité des relations haïtiano-dominicaines exigent compétence et savoir-faire. D'abord, ces rapports concernent la seule île du monde partagée par deux républiques souveraines, même si Haïti avale, aujourd'hui, la pilule amère d'une occupation déguisée. Cette rare cohabitation réclame une diplomatie adroite et chevronnée. Ensuite, l'histoire des deux pays est souillée d'évènements malheureux, de récits honteux et même de moments invivables. Donc, un gouvernement qui ignore ces réalités est condamné à compromettre le futur de son état.

Le Tribunal Constitutionnel de la république voisine décide de révoquer la nationalité de ses citoyens nés de parents étrangers à partir de 1929. Haïti tremble parce qu'elle sait que cette mesure la cible en particulier. D'ailleurs, plus de 80 % des gens touchés sont d'origine haïtienne et la plupart maintiennent encore leur créolité. Dans ce contexte, ce serait puéril de ne pas prévoir une contre-offensive. La défense du territoire national est une obligation citoyenne.

Néanmoins, ce qui a provoqué cet antagonisme doit être connu par tous. Il s'agit bien de l'illogisme de l'actuel gouvernement. Sweet Micky, piégé par les richissimes-mercantiles rétrogrades de Port-Au-Prince, a décidé d'interdire, sur le marché haïtien, les produits avicoles dominicains, prétextant la pérennité du virus H5n1 (grippe aviaire) en territoire voisin. Alors qu'on sait que c'est faux. C'est-à-dire, le gouvernement haïtien a fait l'usage de faux pour résoudre un problème commercial. Ce n'est qu'une confirmation de l'état accablant dans lequel se trouve le pays.

En revanche, les dominicains répliquent avec expertise. Tout le pouvoir déstabilisateur de la République de l'Est a été mobilisé. Elle a eu recours au Balaguérisme pour parodier l'inconséquence du gouvernement instiguée par les mercantiles de chez nous. Un beau matin, Haïti risque de voir ses bornages inondés de dominicains d'ascendance haïtienne. À cet effet, on aura, sans doute, le Carnaval des Frontières, sauf que cette fois Sweet Micky doit faire appel à des groupes comme Johnny Ventura, Fernandito Villalona, Juan Luis Guerra et autres.

Évidemment, c'est la maladresse de ce régime qui nous lègue cette menace à craindre. Ce chantage haïtiano-dominicain doit sa naissance à la débilité de notre diplomatie. Nombreux de nos ambassadeurs et consuls ne parlent même pas les langues des pays hôtes. On les surnomme plutôt « vendeurs de passeports ». Les démarches incessantes de quelques uns, au près de la chancellerie haïtienne, pour l'augmentation du nombre de Consulats d'Haïti dans le monde illustrent bien ce surnom. C'est que la cupidité séquestre la diplomatie haïtienne. Les carnavals budgétivores, les grivoiseries, les scandales ininterrompus ont eu gain de cause sur la bonne marche de nos institutions étatiques. Cette diplomatie est porteuse d'incohérences. Elle est celle qui fredonne tout type de chansons politicardes, sans se soucier de leurs origines. C'est une Diplomatie-Rara.

Jean-Rony Monestime André
BS en Médecine Nucléaire
BA en Conn. Générales

A Lire Aussi: