Diaspora

Deux haïtiano-américains libérés, trois jours après leur enlèvement en Egypte

Après avoir obtenu la promesse de libération de son oncle incarcéré, le preneur d’otages bédouin, Jirmy Abu-Masuh, a accepté de relâcher le révérend Michel Louis et Lissa Alphonse, deux membres d’une communauté protestante haïtienne des Etats-Unis en tournée évangélique en terre sainte

Le pasteur Michel Louis et Lissa Alphonse, deux ressortissants américains d’origine haïtienne enlevés vendredi dernier par des bédouins dans le Sinaï, en Egypte, lors d’une tournée évangélique, ont été libérés lundi, rapporte l’Associated Press citant des officiels égyptiens.

Le général Ahmed Bakr, chef de la sécurité dans le Sinaï-nord, a fait savoir que les deux otages, ainsi que leur guide égyptien -qui était également en captivité- ont été relaxés après des négociations à succès avec leur ravisseur, Jirmy Abu-Masuh.

« Ils sont en bonne santé et l’ambassade américaine a été informée de leur libération. Les préparatifs sont en cours pour leur transfert au Caire », a poursuivi le haut responsable militaire.

Le kidnappeur a, pour sa part, affirmé avoir pris cette décision sur la base de promesses fermes des autorités que son oncle emprisonné serait bientôt relaxé. Cette détention avait été le motif du rapt.

Dans un communiqué, le Sénateur américain John Kerry, candidat malheureux du parti démocrate à la présidentielle de 2004, s’est réjoui de « la fin de ce cauchemar inimaginable pour des familles du Massachusetts », l’Etat qu’il représente au Congrès.

Egalement mobilisé sur le dossier, l’autre Sénateur de la région, le républicain Scott Brown, avait été le premier à annoncer la nouvelle.

Le révérend Michel Louis et Lissa Alphonse vivent dans le Massachusetts qu’ils avaient quitté en compagnie de plusieurs autres haïtiano-américains et citoyens haïtiens faisant partie de la communauté protestante de Dorchester.

Ils ont été kidnappés à bord d’un autobus dans la péninsule du Sinaï alors qu’ils démarraient une tournée en terre sainte qui devait les conduire également en Israël.

Terre de prédilection des bédouins, le Sinaï, où se trouvent les stations balnéaires les plus lucratives d’Egypte, a été le théâtre de nombreux enlèvements d’étrangers ces derniers mois. Totalement marginalisée sous le régime autoritaire d’Hosni Moubarak, la communauté bédouine vit dans une région en proie à l’insécurité depuis la chute du vieux raïs, emporté en février 2011 par le « printemps arabe ». spp/Radio Kiskeya