Economie

Haïti, le troisième pays le plus affamé du monde

haiti-poverty-rice-hungerHaïti, le troisième pays le plus affamé du monde

Haïti est classé premier parmi les pays où le fléau de la faim est très préoccupant. Ayant obtenu un score de 30,8, Haïti devance le Guatemala, la Bolivie (12,3), la République dominicaine, l'Equateur et le Salvador au sein de la région latino américaine.

Selon les données issues de l'indice global de la faim de 2012 dont le sigle en anglais est le « Global Hunger Index » (GHI), Haïti se classe parmi les cinq pays les plus affamés du monde en compagnie du Burundi, de l'Érythrée, de l'Éthiopie et du Tchad. Ce qui est paradoxal vu qu'Haïti, tenant compte de son passé, est un pays à vocation agricole.

Au sein de ce classement, Haïti a obtenu un score de 30,8, qui le place directement en tête de la liste des pays d'Amérique latine et des Caraïbes où le phénomène de la faim est beaucoup plus préoccupant. Au niveau de la région, Haïti est suivi du Guatemala (12,7) de la Bolivie (12,3), de la République dominicaine (10), de l'Equateur (7,5) et du Salvador(5,7).

Ce chiffre est calculé en tenant compte de la proportion de la population sous-alimentée (en%), de la prévalence de l'insuffisance pondérale des moins de 5 ans (en%) et de la proportion de la mortalité infantile avant avoir atteinte de l'âge de 5 ans (en%).

Si l'indice publié jeudi par l'Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires (IFPRI en anglais) montre que la croissance économique a contribué à lutter contre les pénuries alimentaires et la malnutrition dans de nombreuses régions d'Afrique, cependant des pays comme l'Érythrée et le Burundi accusent encore des niveaux de la faim extrêmement alarmants.

En Inde, cependant, la croissance économique ne s'est pas traduite par une diminution du niveau de la faim. Selon le rapport, cela est dû à l'inégalité des revenus et l'exclusion des femmes dans les activités socioéconomiques.

Pierre Ricardo Placide
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Source: Le Matin