Economie

Envoyé du FMI: avec un taux de croissance compris entre 2.5 et 3%, Haïti ne pourra pas prétendre devenir un pays émergent à l'horizon 2030

fmi-green-international-monetary-fundUne délégation du FMI en mission en Haïti appelle les autorités haïtiennes à prendre des mesures visant à permettre au pays de dépendre de moins en moins de l'aide externe: le chef de la mision explique qu'avec un taux de croissance compris entre 2.5 et 3%, Haïti ne pourra pas prétendre devenir un pays émergent à l'horizon 2030

Port-au-Prince, le 6 décembre 2012 - (AHP) -Une mission du Fonds Monétaire International (FMI) séjourne depuis le 28 novembre en Haïti dans le but d'évaluer la situation macroéconomique du pays.

Lors d'une rencontre avec la presse ce jeudi, les membres de la mission ont fait savoir qu'ils se sont entretenus à ce sujet avec plusieurs membres du gouvernement, ainsi des parlementaires et des membres de la classe des affaires entre autres.

Le chef de la mission, Boileau Loco a souligné la nécessité que les autorités haïtiennes prennent des mesures visant à permettre au pays de dépendre de moins en moins de l'aide externe.

Il a rappelé que les pays développés éprouvent eux aussi des difficultés qui limitent leur capacité à aider les pays pauvres.

M. Loco suggère que des mesures soient prises par l'Etat haïtien pour augmenter ses recettes internes à travers notamment un renforcement de l'administration douanière et de la DGI (Direction Générale des Impôts).

Boileau Loco aussi indiqué qu'avec un taux de croissance compris entre 2.5 et 3%, Haïti ne pourra pas prétendre devenir un pays émergent à l'horizon 2030.

Il a aussi souligné l'importance pour l'Electricité d'Haïti qui reçoit chaque année des subventions de plusieurs millions de dollars de l'Etat haïtien, développe des stratégies pour être autosuffisante.

Tout en reconaissant que des catastrophes naturelles ont durement frappé le pays, M. Loco a dit croire qu'Haïti a les moyens d'augmenter son taux de croissance du PIB.

Pour sa part, le gouverneur de la banque centrale Charles Castel s'est félicite des efforts déployés par son administration non seulement pour garantir la stabilité mais aussi pour favoriser la croissance de l'économie.

Actuellement, a dit Charles Castel, les réserves internationales du pays s'élèvent à 1.2 milliard de dollars, ce qui représente 6 mois d'exportation.

Il fait cependant savoir que ces réserves devraient baisser à mesure que s'effectuent des dépenses notamment pour la construction d'édifices publics.

De son coté, la ministre de l'économie et de finances, Marie Carmelle Jean Marie a informé que le gouvernement a prévu, dans le budget 2012-2013, un montant de 25 millions de dollars américains pour renforcer les petites et moyennes entreprises.

Madame Jean Marie fait savoir qu'à travers ce projet, le gouvernement entend augmenter le taux de croissance du pays. Un projet qui, dit-elle, pourra contribuer à la création de nouveaux emplois.

Les industries de transformation de produits locaux devraient être les premières à bénéficier de cette subvention.

Source:AHP

Vidéo à consulter:
Video: Quand le FMI fabrique la misère au profit de la communauté internationale...

A Lire Aussi:

  1. Le FMI agacé par la subvention de l'Electricité d'Haïti
  2. Haïti classé parmi les pays les plus corrompus du monde, selon le dernier rapport de transparency international
  3. Haïti classée 165e dans l’indice de corruption
  4. Haiti-Commerce : Le pays accuse un déficit commercial d’environ 140 milliards de gourdes
  5. Nancy Roc: « Haïti is open for business » : un cas d'opportunisme politique ? (2e partie)