Economie

MEF : présentation du projet de loi des finances 2012-13

kesner-pharelCe lundi 23 juillet 2012, le ministère de l’économie et des finances (MEF), s’est engagé à l’issue d’une conférence à l’hôtel Montana, à faire de la transparence la force motrice de ses actions. Marie Carmelle Jean-Marie, titulaire de ce ministère, a soumis le projet de loi des finances 2012-13 au secteur des affaires et la société civile. Cette présentation devrait leur permettre de cerner les principales priorités du gouvernement à travers les allocations budgétaires. Cela les aidera aussi à se positionner stratégiquement et à prendre de meilleures décisions dans leurs activités au cours du prochain exercice fiscal.

« Le budget représente la boussole qui nous indique le chemin », c’est ce que croit Kesner Pharel, président-directeur du Group croissance SA présent à cette conférence. Cette année, le budget de la République se chiffre à 131 543 490 811 gourdes. Il est présenté par axes d’activités. La refondation territoriale reçoit 43,9 milliards, le social 24,84 milliards, l’économie 10,9 milliards et les institutions 8,85 milliards. D’autres axes représentant les priorités du gouvernement engrangent le gros lot.

L’économiste n’entend pas anticiper à dans ses jugements qui feraient croire que le pays ne sera pas bénéficiaire du projet de loi des finances 2012-13 d’autant qu’il s’agit d’un projet de loi. C’est-à-dire, qui n’est pas encore ratifié. Le gouvernement, souligne M. Pharel, n’a pas les prérogatives de ratifier le budget, même s’il lui revient le droit de son élaboration.

Kesner Pharel a salué la démarche de l’État qui fait montre, selon lui d’une volonté à emprunter les voies démocratiques. Grâce à de cette démarche, la population, notamment le secteur des affaires peut s’informer des orientations du budget.

Si une telle entreprise réjouit les citoyens avisés, le budget constitue également un sujet d’insatisfaction. Le secteur privé, rapporte M. Pharel, se plaint de ce qu’il est surtaxé par les autorités compétentes pour arriver à la collecte des 52 milliards de gourdes.

Reynold Aris
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Source: Le Matin