Economie

Haiti : Capital social et Investissement (troisième partie)

La matrice du tout puissant « chef d’État bon papa » qui est sortie de cette situation de stagnation a combattu l’intelligence critique et bloqué l’émergence des nouveaux savoir-faire. Ce défaut de fabrique qui symbolise l’autorité est l’élément constituant couplé aux comportements irrationnels de roublardise et de médiocrité caractérisant souvent la classe politique. Le grotesque a pignon sur rue dans un décor qui force à l’amnésie. Et le refus d’accumulation historique qui porte à toujours vouloir recommencer à zéro vient faire pendant au refus d’accumulation économique. Tels sont les obstacles à lever et les barrières à franchir pour entrer effectivement dans la voie du développement équitable et durable. Toute autre voie revient à construire les étages de la maison Haïti sur une fondation de sable. De sable mouvant.



Le venin de la corruption du savoir

Comme le reconnaît l’historien noir américain Rayford Logan, « Haïti est une anomalie, un défi et une menace » pour l’ordre raciste international mis en avant par l’homme blanc pour justifier et rationaliser son exploitation de l’homme noir depuis la diffusion de la corruption raciste commencée au XVe siècle. Exploitation pas seulement matérielle, mais surtout psychique par un ordre raciste qui corrompt l’entendement humain dans son essence la plus profonde. En ce sens, la corruption est cognitive, car elle détermine l’ordre du savoir. Haïti est doublement victime de la corruption raciste. D’abord par l’embargo et l’isolement dans lesquels elle est maintenue par les puissances internationales afin qu’elle cuise dans son propre jus. Ensuite par son propre enfermement dans le nationalisme racial méthodologique qui limite son ouverture au monde extérieur par le refus du droit de propriété aux Blancs qui a servi de socle à toutes les Constitutions haïtiennes jusqu’à ce que les soldats américains au cours de l’occupation américaine armée de 1915 à 1934 le brisent pour de bon dans la Constitution de 1918.

C’est pour n’avoir pas compris la nature de cette corruption des esprits que les élites haïtiennes ont versé dans des combats de pacotille dès la conquête de l’indépendance en 1804. La négation du rôle de l’Angleterre, des Allemands, des Polonais et des Américains des États non esclavagistes a empêché les dirigeants haïtiens de s’allier à des Blancs antiracistes comme Joseph Bunuel, John Adams, Edward Stevens, etc. pour construire une société qui soit l’antithèse de celle érigée par la corruption coloniale.

C’est donc par suite de la corruption de la colonialité que les investissements se sont tenus loin d’Haïti. C’est aussi pour cette raison que des centaines de Libéraux haïtiens (qui avaient tiré la sonnette d’alarme contre les tenailles de la corruption des puissances coloniales qui se resserraient sur nos gouvernements) ont été massacré à Port-au-Prince et Miragoâne en 1883-1884 [1]. En effet, l’économiste libéral haïtien Edmond Paul avait mieux que tout autre saisi l’essence de la colonialité dans ses écrits du début des années 1860. À l’occasion de la parution de son ouvrage sur la protection à accorder aux industries naissantes en 1863, Le Journal des Économistes publié à Paris ne pourra s’empêcher de souligner la pertinence de son propos en ces termes on ne peut plus élogieux.

« M. Edmond Paul a raison de désirer le bonheur de l’île d’Haïti, sa patrie, et de dire nettement que pour qu’elle soit heureuse, il faut qu’elle soit autre chose qu’un champ de culture et un comptoir. Il prouve très bien que l’économie politique bien entendue ne sacrifie aucun peuple à un autre, et ne dit pas à l’un : Toi, tu ne seras que laboureur ; et à l’autre : Toi, tu ne seras que fabricant ; et à un autre : Toi, tu vendras au laboureur les produits du fabricant et au fabricant les produits du laboureur. Les maîtres de la science n’ont jamais fait de ces partages et condamné ainsi des races d’hommes à ne posséder qu’une partie de ce qui fait la force et la richesse d’une nation. M. Paul est un patriote sincère et éclairé c’est de plus un philosophe intelligent, car il a su mettre en tête de son écrit quelques pages pleines de pensées [2]. »

C’est également à cause du venin de la corruption du savoir que l’engorgement du crédit découlant de la dette de l’indépendance s’est étendu sur plus de deux siècles, que les entreprises haïtiennes n’ont pas pu trouver des banques pour leur financement et leur développement. Le faible développement financier et la politique monétaire de la banque centrale ont contribué à favoriser les importations au détriment de la production nationale. Tout se tient. La course à obstacles à laquelle est assujettie Haïti a pour but de concrétiser le plan du chancelier français Talleyrand, qui a été résumé par le philosophe slovène Slavoj Žižek en ces termes : « la menace résidait dans le “ simple fait qu’existe un Haïti indépendant ”, lequel avait été déjà qualifié par Talleyrand de “ spectacle horrible pour l’ensemble des nations blanches ”. Par conséquent Haïti devait figurer l’exemple même de l’échec économique pour dissuader d’autres pays d’emprunter une voie semblable [3]. »

Aujourd’hui, la recherche d’investisseurs étrangers ne saurait se faire en dehors de la participation du secteur privé local. La réticence de ce dernier à investir a beaucoup plus à voir avec l’absence de capital social qu’avec autre chose. Comme l’avait souligné le candidat industriel Louis Déjoie en 1957, « Le capital est toujours prêt à s’investir dans des opérations saines où il trouve sa garantie, à la condition qu’il existe ce climat de confiance que seul peut fournir un Etat honnêtement administré. Et il n’y a pas que le capital étranger auquel bien à tort l’on pense exclusivement à s’adresser ; il y a aussi le capital haïtien, un capital disséminé, celui qui dort, qui se cache, qui s’expatrie ou qui se gèle dans des placements improductifs pour la collectivité. Pour que ce capital émerge de sa retraite stérile et se mette à produire, pour qu’il soit investi dans des œuvres fructueuses, créant ainsi du travail générateur d’une meilleure circulation monétaire, il faut un climat de confiance, un climat de stabilité que seul peut instaurer un gouvernement qui autorise le contrôle de sa gestion, un gouvernement qui permet l’expression de la critique et la liberté des opinions, un gouvernement vraiment démocratique [4]. »

Contre de nouvelles déchirures dans le corps social

Si l’on veut assurer la pérennité de l’investissement, il est impossible de tenir un discours nouveau sur ce sujet sans envisager la participation du capital national. Carl Braun, PDG de la Unibank, a souligné l’importance de cet élément dans le discours remarqué prononcé le 4 juillet 2011 au Karibe Convention Center à l’occasion de la réunion préparatoire au 2e Forum du Secteur Privé Haïtien. En présence du président Michel Martelly, le banquier a prononcé un impressionnant plaidoyer en faveur de l’établissement d’une relation d’organisation interne entre l’État et le secteur privé. Loin de toute opposition, conflit ou hiérarchie. Carl Braun a été relayé à cette tribune par Édouard Baussan, qui, associé au groupe Gilbert Bigio a créé le consortium Distributeurs Nationaux (DINASA) et fait l’acquisition des actifs de la Chevron et d’un réseau de stations d’essence en Haïti en 2009. Une présentation qui a sensibilisé l’assistance sur l’expérience des trente dernières années du dialogue entre les secteurs privé et public en Haïti et fait miroiter la possibilité de lendemains qui chantent [5].

Avec les Moulins d’Haïti (farine), les Huileries (huile de cuisine), l’Aciérie d’Haïti (fer et acier), la Unibank (banques), la DINASA et le groupe Gilbert Bigio constituent deux des rares groupements économiques de pointe à avoir émergé en Haïti au cours des 20 dernières années. Aujourd’hui se pose la question de la cohérence interne de la stratégie de ce consortium face aux besoins de développement d’Haïti. Il ne s’agit pas d’affaiblir ce consortium au profit des forces micro-économiques de la mondialisation. La politique du « ôte-toi que je m’y mette » est un jeu dangereux, enfantin, qui ne mène nulle part pour le pays.

Elle conduit les puissants du jour à enjamber des cadavres pour se positionner et jouir des avantages que détenaient leurs adversaires. Il faut s’écarter de cette voie, encourager le partenariat public/privé sur des bases réelles et éviter de provoquer de nouvelles déchirures dans le corps social.

Le problème haïtien depuis deux siècles vient de la faille, du vide, existant entre le privé et le public. Cette grave lacune semble s’accentuer à chaque conjoncture, tandis que s’accroît le manque d’intégration et de coordination. En effet, on ne saurait ne pas prendre acte du fait que le groupe Gilbert Bigio a fait l’acquisition le 29 octobre 2011 des actifs que détenait la compagnie Chevron en République Dominicaine, à la Jamaïque et à Saint-Martin dans les domaines de la distribution et de la commercialisation des produits pétroliers dans ces pays. Tout cela un mois avant le colloque « Investir en Haïti » tenu par la Banque Interaméricaine de Développement (BID) en Haïti les 29 et 30 novembre 2011 sans la participation active du secteur privé haïtien. Ces signaux contradictoires ne peuvent être passés sous silence.

Dans une incohérence interne qui fera date dans les rapports entre secteur public et secteur privé, les semences de l’exclusion ont poussé. Très certainement, les cris du cœur de Carl Braun et d’Edouard Baussan demandant un dialogue avec l’État pour construire ensemble l’avenir économique se sont soldés par une fin de non-recevoir du gouvernement. Le journaliste Roberson Alphonse écrit à ce sujet : « Gonflé de récriminations à cause de l’absence d’implication du secteur privé dans la préparation de la conférence sur les investissements les 29 et 30 novembre dernier à Port-au-Prince, Braun croit qu’il faut faire autrement. Il faut un dialogue clair entre les entrepreneurs nationaux et ceux venant de l’étranger pour créer une synergie bonne pour l’économie. ‘’Je suis d’accord pour les investissements directs étrangers, mais ils ne peuvent pas être faits au détriment des investisseurs nationaux ’’, confie Carl Braun, aussi tranchant qu’un couperet [6]. » Le président Martelly a essayé de rectifier le tir dans le discours prononcé le 20 janvier 2012 à l’occasion du gala de la Chambre Américaine de Commerce d’Haïti (AmCham). Parlant aux entrepreneurs présents, le président Martelly devait déclarer : « L’Etat s’engage à vous faciliter la tâche et non pas à vous la compliquer. Aux partenaires étrangers, à vous de la diaspora qui avez choisi Haïti, vous qui, avec nos entrepreneurs, créez des emplois d’ouvriers, d’ingénieurs, de techniciens, ayez confiance en Haïti. » Des propos louables, sans doute, mais dont on attend la matérialité dans des actions concrètes au niveau des marchés et de la taille des contrats qui seront signés pour la reconstruction.

Ni vilipender ni aduler

Il serait fastidieux de dresser la liste des raisons pour lesquelles le capitaliste étranger a besoin du capitaliste haïtien. Le savoir-faire entrepreneurial relève aussi bien de la science que de l’art. Le bon gestionnaire d’entreprise doit être capable de dégager des marges de bénéfice permettant d’amortir le capital, d’assurer la reproduction élargie tout en finançant la recherche et le développement. L’initiative privée a plus de chances de réussir quand elle peut associer les capitaux étrangers au financement local. Les entrepreneurs haïtiens viennent de loin. L’article 7 du Code Rural de 1826 du président Boyer, qui a imprimé la marche à suivre tout au cours du 19e siècle, dispose : « Aucune boutique en gros ou en détail ne pourra être établie, aucun commerce de denrées du pays ne pourra être fait dans les campagnes sous quelque prétexte que ce soit. » Le tour était ainsi joué bloquant le développement du commerce national et favorisant les négociants étrangers patentés établis dans les ports.

De plus, les entrepreneurs haïtiens n’ont jamais bénéficié d’un État national capable de défendre leurs intérêts. De tout temps, les troubles politiques ont contribué à défendre les intérêts étrangers au détriment des intérêts nationaux. L’État marron a payé des indemnités aux étrangers après chacune de la centaine d’insurrections assorties de pillages et d’incendies, bref de déchoukages, qui jalonnent l’histoire nationale. C’est le cas particulièrement après les massacres du 16 avril 1848 sous Soulouque et ceux des 22 et 23 septembre 1883 sous Salomon qui firent respectivement fuir et décimer la bourgeoisie nationale. Quant au 20e siècle, c’est une vue simpliste et erronée de dire que c’est l’élite qui a supporté le maintien de l’État prédateur sous les Duvalier entre 1957 et 1986. C’est faire abstraction de la mémoire historique.

Le désarroi hérité des tontons macoutes ne saurait se transformer en démarche d’espoir en demandant aux diplomates haïtiens de devenir subitement des marchands. Cela demanderait de toute façon une formation aux agents du secteur public (ambassades, consulats et Ministère du Commerce) dans les domaines de l’outsourcing et de l’externalisation. Ces fonctionnaires doivent pouvoir analyser une chaine de valeurs dans un secteur économique précis et savoir quels renseignements demander ou obtenir sur les investisseurs potentiels afin de bien déterminer les capitalistes sérieux capables vraiment d’investir en Haïti. Le savoir ne se décrète pas. Dans ce domaine, comme dans tout autre, les amateurs devraient s’abstenir, car il y a beaucoup d’aventuriers et d’escrocs qui courent la planète avec des projets mirobolants. La liste est longue des flibustiers aux regards avenants qui sont partis de nos rivages en laissant des pleurs dans notre communauté bancaire et politique. Une perspective reconnue par Frantz Duval qui écrit « Les grands patrons haïtiens sont immunisés contre les promesses de l’international. Depuis des décennies, ils se sont rendus compte que les étrangers n’étaient présents que deux ou trois printemps et qu’ils s’en allaient. Eux se sentent toujours mis à l’écart des tentatives de réhabilitation du tissu économique haïtien [7]. »

Les gouvernants d’aujourd’hui ne doivent pas tomber dans la trappe de la propagande raciste qui présente le secteur privé haïtien comme un ramassis de coquins constituant une « élite moralement répugnante » (MRE en anglais). On ne saurait braquer uniquement les projecteurs sur l’irresponsabilité et l’arbitraire des entrepreneurs haïtiens. Le manque d’audace et d’imagination des patrons haïtiens est aussi dû aux crispations, agacements et inquiétudes découlant de la politique des marchands, prêtres et autres diplomates, fantassins de la colonialité qui ont imposé au pays un ordre inégal souvent avec l’aide de leurs canonnières. Les patrons haïtiens ont été les premières victimes des vagues flibustières internationales qui ont poussé d’abord l’État contre eux sous les gouvernements de Boyer en 1821, de Soulouque en 1848 et de Salomon en 1883. Puis, les progénitures de ces patrons ont été mobilisées pour combattre l’État toutes les fois qu’un gouvernement haïtien montrait des velléités d’indépendance et de développement.

Il ne s’agit pas de vilipender ces patrons ou de les aduler, mais plutôt de reconnaitre l’historicité de leurs faiblesses. Il faut comprendre qu’ils sont pris dans l’engrenage de l’orientation de la flibuste pour le sucre hier et dans celui des aventuriers d’aujourd’hui pour l’outsourcing. Il importe de prendre de la hauteur par rapport à l’accusation grotesque « d’élite moralement répugnante » qui ne met pas les déficiences des patrons haïtiens en rapport avec ceux de l’État et du capital international. La cécité et la surdité qui affectent les représentants de ces entités ne doivent pas conduire à caricaturer un de ces groupes au bénéfice des deux autres. La complexité du mal haïtien ne saurait être ainsi réduite à de si minces proportions. Les bénéficiaires de six siècles de racisme international doivent toujours se rappeler que ce coin de terre a vu décimer une race d’hommes (les Indiens), détruire par l’esclavage une autre (les Noirs venus d’Afrique), et enfin boycotter et exclure un pays entier du concert des nations.

Loin de nous d’idée que la camelote est d’un seul côté. L’expérience malheureuse de la Banque Nationale de Développement Agricole et Industriel (BNDAI) en 1984 est là pour rappeler aux apprentis sorciers que des Haïtiens peuvent aussi faire disparaitre des centaines de millions de dollars dans leur quête de pouvoir. En toute impunité. L’État marron en 2006 tirera un trait sur le matériel et les bâtiments industriels de la BNDAI. Selon Joël Ducasse, « les installations industrielles de la filature de KA - Soleil de la BNDAI (Banque de Développement Agricole et Industriel - eh oui !) sous contrôle de la BRH ont été jetées hors des bâtiments industriels pour faire place au matériel de guerre, aux bureaux et dortoirs de la MINUSTAH. Alors que ces vingt dernières années, plusieurs hommes d’affaires ont demandé des concessions d’exploitation de ces facilités pour se heurter aux refus et/ou aux dilatoires du Ministère de l’Agriculture ou de la BRH. La MINUSTAH en a réalisé l’occupation sauvage, en a saccagé les équipements avec l’accord tacite du gouvernement, sans trouver parmi les opérateurs privés de « l’industrie textile » une Défilée la folle pour venir en ramasser les restes et les enterrer, disons dans un ″musée du textile″. [8] »

L’ordre du jour est de rétablir la confiance

La profonde absence de confiance mutuelle entre nous-mêmes est la forme essentielle que prend le défi haïtien en janvier 2012. Par-delà l’insuffisance des apports des entreprises haïtiennes en fonds propres, qui peut rendre nécessaire (au-delà des banques locales) l’appel à des investisseurs providentiels et à des fonds de capital-risque, l’investissement exige avant tout de la confiance. Les gouvernants doivent comprendre que le principal obstacle à l’investissement est le manque de confiance. C’est ce qui manque pour trouver notre point d’Archimède. Dans un pays comme Haïti, l’investisseur international demande un retour sur investissement d’au moins 25% afin de rentabiliser sa mise. Or justement, sans le capital social, c’est-à-dire la confiance, il est futile de chercher l’investissement permettant un épanouissement de la société civile [9]. Les dernières enquêtes du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) indiquent bien que le capital social est faible en Haïti. En effet 88.8% de personnes enquêtées en 2003« déclarent faire attention plutôt que de faire confiance à presque tout le monde. Il s’agit là d’une attitude largement partagée indépendamment du milieu de résidence, du département géographique, du sexe, de l’âge et du niveau de revenu du ménage d’appartenance » [10].

L’offensive pour la recherche d’investissements directs étrangers doit s’accompagner d’une stratégie de réduction du déficit de capital social, si on veut vraiment réussir dans cette voie étroite à un moment où la crise du système financier international ne fait que commencer. L’ordre du jour est de rétablir la confiance en recherchant activement le consensus avec la classe politique et la société civile en Haïti. Avec la fraude monumentale qu’est la falsification du texte de l’amendement constitutionnel, le gouvernement de René Préval a laissé « un cigare allumé aux deux bouts » au Président Martelly. À défaut de traduire en justice les responsables de ce crime de corruption avérée, la modestie et l’esprit pratique recommandent le choix du moindre mal. Cela revient à rétablir la confiance en étant exigeant avec soi-même et tolérant envers les autres.

Il faut surtout éviter de paralyser le pays qui a un besoin vital de sa diaspora pour tenter de sortir du trou dans lequel la mauvaise gestion l’a placé. Si le tremblement de terre du 12 janvier 2010 n’arrive pas à changer l’ethos de la casse politique pour mettre fin à l’exclusion dressée en idéal de société, rien ne pourra produire l’évolution consensuelle sans laquelle Haïti est condamnée à des jours de plus en plus tristes. Le président Martelly aurait gagné à respecter son mot donné d’abord au peuple haïtien et ensuite au Club de Madrid. Le centre de décision présidentiel ne peut plus continuer à faire le jeu des forces acentriques partisanes de l’anarchie des interactions spontanées.

Parmi les autres étapes importantes à franchir, il y a la lutte contre l’exclusion et la marginalisation de la grande majorité de la population, le combat contre le discrédit et les représentations noires du paysan, la réhabilitation de l’image du travailleur et le refus du mutisme social pour les pauvres. Tout en évitant les pressions inflationnistes, les autorités se doivent d’introduire des subventions aux entrepreneurs urbains et ruraux engagés dans les secteurs de la production en insistant pour augmenter la part des salaires dans les programmes de reconstruction. C’est la manière d’assurer « l’effet multiplicateur » des dépenses de reconstruction sur l’économie réelle. Haïti est l’un des pays qui a connu la plus grande variation négative de la valeur réelle du salaire minimum [11] au cours des cinq dernières années, soit près de 12%. Le sauvetage d’Haïti passe obligatoirement par le rétablissement de la confiance. Pas besoin d’être un génie pour le comprendre, sauf si l’on tient à afficher sa mauvaise foi.

* Économiste, écrivain

Haiti : Capital social et Investissement (première partie)

Haiti : Capital social et Investissement (deuxième partie)

……………….

[1] Voir Leslie Péan, Haïti : Économie Politique de la Corruption — L’État marron (1871-1915), Maisonneuve et Larose, 2005.

[2] Edmond Paul, L’éducation professionnelle du peuple ou la protection à accorder aux industries naissantes, Lettre à M. Montfleury, Paris, 1863, Journal des Économistes, 3e série, Dixième année, Tome trente septième, Paris, 1863, p. 359.

[3] Slavoj Žižek, Vivre la fin des temps, Flammarion, Paris, 2011, p. 227. Les passages entre guillemets à l’intérieur de la citation de Žižek sont de l’ouvrage de Peter Hallward, Damning the flood, Damning the flood : Haïti, Aristide, and the Politics of Containment, New York, Verso, 2008, p. 11-12.

[4] Louis Déjoie, « Le message de Louis Déjoie », Le Nouvelliste, P-a-P, 6 septembre 1957, cité dans Leslie Péan, L’ensauvagement macoute, Paris, Maisonneuve et Larose, 2007, p. 172-173.

[5] Edouard Baussan, The Haitian private Sector and the development of Haiti, Karibe Convention center, 4 juillet 2011.

[6] Roberson Alphonse, « Carl Braun rêve de révolution », Le Nouvelliste, 16 décembre 2011.

[7] Arnaud Robert, « Les Nantis d’Haïti », Le Monde, Paris, 6 janvier 2012.

[8] Joël Ducasse, « 2006, Une année perdue », Le Nouvelliste, 27 décembre 2006

[9] Francis Fukuyama, Social Capital and Civil Society, The Institute of Public Policy, George Mason University, October 1, 1999.

[10] Ministère de l’Economie et des Finances et PNUD, Enquête sur les conditions de vie en Haïti (ECVH), vol. I, P-a-P, juillet 2003, p. 232.

[11] Bureau International du Travail (BIT), Rapport mondial sur les salaires : actualisation 2009, Genève, p. 13.