Economie

Monopole de la Digicel après la mort de Voila: l'Etat haïtien faillit à sa responsabilité de veiller à la protection des intérets des consommateurs, selon le professseur Patrick Elie.

digicel-haiti-local

Port-au-Prince, le 24 septembre 2012 - (AHP) - De plus en plus en plus de gens s'alarment de la situation de quasi-monopole du Group Digicel sur le marché de la téléphonie mobile suite à l'acquisition de la compagnie Voila et estiment que l'Etat haïtien a failli à sa responsabilité de veiller a la protection des intérets des consommateurs.

Digicel a fait acquisition de son principal concurrent, Voila, en mars dernier auprès de la société Trilogy International Partners. Selon une récente annonce, le réseau Voila sera fermé oficiellement le 15 octobre. Ses clients sont ainsi contraints de se procurer des appareils compatibles avec un nouveau réseau dit combiné.

Le professdeur Patrick Elie, un abonné de Voilà dit s'étonner du laxisme de l'état haitien qui semble, selon lui, renoncer à sa prérogative de régulation du marché pour ne pas avoir à réduire les profits de la Digicel.

Il souligne que toute situation de monopole ou d'oligopole est forcément dangereuse pour les consommateurs, disant craindre que les progrès constatés ces dernières années dans le domaine de la telephonie ne soient anéantis. Il rappelle que la production d'huiles essentielles qui était en plein essor en Haïti, avait totalement chuté sous la presidence de Franois Duvalier, à cause d'une situation de monopole.

D'autres abonnés se rappellent aussi qu'au debut des annés 80, la production de riz national qui avait commencé à prendre de sérieuses proportions avait ralenti net, avec l'entrée sur le marché du riz etranger, particulièrement américain. La vente a vil prix et à dessein de ce riz subventionné, étouffa le riz national dont les producteurs ont vite fait faillite.

Et une fois, la production du riz Madan Gougous et autre Chela avait encaissé le coup, le prix du riz importé avait commencé à augmenter, voire doubler.

Les abonnés de téléphone cellulaire redoutent aujourd'hui une situation similaire, étant, pensent-ils, abandonnés à eux-mêmes.

Le professeur Elie qualifie d'injustes les exigences faites aux abonnés de Voila, de s'acheter de nouveaux appareils avant la date du 15 octobre. Il estime que nombre de clients ne seront pas en mesure de se conformer à cette loi du nouveau "chef" du marché, d'autant que les téléphones ne sont pas tout à fait disponibles ou abordables dans les magasins, a-t-il dit constater. Il estime que le délai accordé aux abonnés de Voilà pour se conformer, est trop court et doit être prolongé.

Des allocations sont accordées à des clients de Voilà pour l'achat de nouveaux telephones mais certains se déclarent insatisfaits. L' AHP a appris que des abonnés qui avaient acheté leur téléphone à plus de 10 000 gourdes, n'ont meme pas bénéficié du quart du prix de leur appareil.

La communication téléphonique a connu un véritable essor ces dernières années en Haiti, mais des clients et observateurs avisés se montrent de plus en plus inquiets de la nouvelle configuration du marché, en raison de ce qu'ils appellent la passivité de l'Etat qui doit en principe garantir la protection des consommateurs.

Déjà , certains disent relever des failles au niveau des communications du réseau Digicel. Et cela pourrait encore dégénérer avec la mort officielle de Voilà et la fermeture pour " faillite" de la pionnière Haitel.

La trop timide et indigente Natcom dont l'Etat haïtien dispose de 40% des actifs, et dont le service internet semble être de loin le meilleur, ne semble pourtant pas jouir des mêmes lalititudes que sa très puissante concurrente Monopole de la Digicel après la mort de Natcom: l'Etat haïtien faillit à sa responsabilité de veiller à la protection des intérets des consommateurs, selon le professseur Patrick Elie.

Source: AHP