Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Economie

Pourquoi Jean Baptiste Clarck Neptune un ancien employé de la Haitel fait-il obstruction à la réouverture de cette compagnie?

JB Clarck NeptuneJean-Baptiste Clark Neptune Ancien employé de la Haitel  actuel Directeur Général de la DGI

Jean-Baptiste Clark Neptune  ancien employé de la Haitel veut empêcher la réouverture de la première compagnie de téléphone cellulaire haïtien

Dossier HAITEL : Sans un brin d'éthique, Clarck Neptune radote!

Lire la suite...

Michel Martelly veut éliminer l'industrie privée naissante de fourniture d'électricité en Haiti

edh-accord-haiti-dominicanieLe ministre haïtien chargé de l'énergie, René Jean-Jumeau à G. et le directeur dominicain de la Commission nationale de l'énergie, Enrique Ramirez

Dans tous les pays sous-développés la défense des industries naissantes est l'une des fonctions fondamentales des responsables gouvernementales qui aspirent à renforcer les bases infrastructurelles d'une économie nationale en pleine mutation.

Lire la suite...

Haiti is open for business: Mines d'Or et de cuivre, les «contrats sont illégaux et inconstitutionnels »

remarais-directeurs-des-mines

 

***** Visitez le site de sondage "Haiti Vote"  et votez pour vos caricatures préférées de l'année 2012 *******

Une fois de plus le pays vient de prendre un coup terrible dont les conséquences sur les potentiels investisseurs sont inimaginables et ne seront pas connus de sitôt. Cette nouvelle de l'illégalité des contrats une fois connue sur le marché boursier international va envoyer le prix des actions de ses entreprises dans les poubelles et ses entreprises seront en grandes difficultés. Elles ne pourront pas avoir accès au crédit leur permettant de démarrer leurs projets dans le pays. La grande question aujourd'hui pourquoi le régime Martelly n'avait-il pas observé avec minutie les étapes régulières pour l'octroi de ces contrats ? Les rumeurs sur le pots-de-vin au regime Martelly Lamothe sont-elles donc justifiées?

Lire la suite...

15 sur 100, note donnée au (CFI) centre de facilitation des investissements en Haiti par la Banque mondiale

Georges Andy Rene-lamothe-cfi

Imaginez qu'un entreprise étrangère spécialisée dans l'agrobusiness soit intéressée à faire l'acquisition d'un domaine de terre arable pour implémenter ses activités en Haïti. Malgré les opportunités de création d'emplois, les premières demandes de renseignements de cette entreprise auprès du Centre de Facilitationdes Investissements risquent pour une quelconque raison de n'obtenir aucune réponse.

15 sur 100, c'est la note qu'un récent rapport de la Banque mondiale attribue au Centre de Facilitation des Investissements (CFI) pour ses performances en matière de traitement de dossiers d'investissements. Ce résultat est d'autant plus déplorable que les agences de promotion d'investissements des autres pays de la région (Amérique latine et Caraïbes) accusent une moyenne de 29 %.

Ce rapport de la Banque mondiale s'appuie sur un indicateur intitulé « Global Performance Investment Benchmarking » qui observe la capacité de ces agences à satisfaire les demandes de renseignements des investisseurs. Selon la Banque mondiale, il existe une relation significative entre les flux d'Investissements directs étrangers (IDE) entrants dans un pays durant les six dernières années et la performance de son agence de promotion des investissements mesurée par le GIPB.

Fournir de meilleurs services dans le traitement des demandes des entreprises paraît plus difficile pour les agences de promotion que d'avoir un site web bien conçu. Dans le classement mesurant la promotion des investissements à travers la Toile, le Centre de Facilitation des Investissement a fait un bond considérable de 32 à 85 sur 100 entre juin et décembre 2012.

Néanmoins, selon le rapport, c'est le traitement des demandes de renseignements qui constitue l'élément le plus important dans la promotion des investissements « car elle implique l'interaction avec le potentiel investisseur et représente alors la meilleure occasion pour les agences de promotion des investissements d'influencer directement les décisions d'investissements des entreprises », expliquent les experts de la Banque mondiale qui recommandent au CFI d'être plus réactifs aux demandes de renseignements d'investisseurs.

Carl-Henry CADET
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. '; document.write(''); document.write(addy_text60090); document.write('<\/a>'); //-->\n Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Le Nouvelliste
Source : Rapport de Global Investment Promotion Benchmarking 2012 de la Banque Mondiale

A Lire Aussi:

Amnesty International: Haïti - Trois ans après le tremblement de terre, la situation en matière de logement est catastrophique

amnesty-internationalTrois ans après le tremblement de terre en Haïti, la situation du pays sur le plan du logement est tout à fait catastrophique, des centaines de milliers de personnes continuant à vivre dans des abris précaires, a déploré Amnesty International tout en exhortant les autorités et la communauté internationale à faire de cette question une priorité.

Lire la suite...

Haïti : Une économie de simulacres

leslie-pean-economisteIl n'y a actuellement aucun développement réel en marche en Haïti. Tout ce qui ressort de l'analyse des indicateurs économiques, ce sont plutôt des simulacres, du bluff et des apparences trompeuses. On l'a vu avec la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d'Haïti (CIRH) qui a été créée après le séisme et dont la maigreur des résultats a été reconnue de manière unanime. Trois ans après le séisme, il est universellement admis que la reconstruction annoncée à grand renfort de publicité a été un fiasco. Les images de la désolation sont affichées dans tous les journaux du globe (1). Et les causes de cette désolation ne sont pas uniquement naturelles, avec les ouragans et la sécheresse qui ont suivi le séisme. Elles sont aussi et surtout humaines dans cette société qui, selon les plus avisés, persiste à se choisir des incapables pour la diriger (2). Vingt mois après la prestation de serment du président Martelly, « 360.000 Haïtiens sont encore déplacés et vivent au jour le jour dans 496 camps de tentes à travers le pays, selon l'Organisation internationale pour les Migrations. La plupart ne mangent qu'un repas par jour (3). »

Lire la suite...

Haiti-Séisme - 3 ans plus tard: Les chiffres clés compilés par le (CEPR)

tremblement-2012

Trois ans après le séisme dévastateur du 12 janvier 2010, qui a fait environ 300.000 morts en Haïti, dans quelle situation se trouve le pays ? Des chiffres de référence ont été compilés par le Center for Economic and Policy Research (CEPR) [1]. AlterPresse en reprend quelques-uns.

Lire la suite...