Actualités

Lettre au Senat Haïtien : Une enquête est nécessaire sur Martelly, Laurent Lamothe et Desire Bouterse pour blanchiment de trafic de drogue indiquent Me André Michel et Newton Saint Juste

martelly-desir-bouterse

Tout Haiti vous présente un extrait de la lettre des avocats André Michel et Newton Louis Saint Juste adressée aux honorables membres du Senat Haïtien leur demandant d’ouvrir une enquête sur les actions de Michel Martelly et de Laurent Lamothe et nous citons « Les présomptions légitimes de blanchiment et de trafic de drogue liées à l’envergure que prennent depuis deux ans les relations entre les Présidents Michel Joseph Martelly et Desi Bouterse sont évidentes et représentent d’ores et déjà un problème de DIGNITE NATIONALE. «

Tout Haiti vous invite à prendre connaissance de la lettre des avocats ….

Port-au-Prince, le 2 septembre 2013

 Aux Honorables Sénateurs de la République,

Via le Bureau du Sénat

Honorables Sénateurs,

Les citoyens Newton Louis St Juste, André Michel, propriétaires, demeurant et domiciliés à Port-au-Prince, identifiés aux numéros  003-574-610-6, 006-476-320-6, s’empressent de vous exposer ce qui suit :

 Depuis plus deux ans les visites répétées du Chef de l’Etat, Joseph Michel MARTELLY et du Premier Ministre, Laurent Salvador LAMOTHE, dans la Caraïbes laisseraient croire que la priorité de cette équipe en matière de diplomatie est l’intégration d’Haïti dans le marché commun de cette zone conformément à la diplomatie d’affaire prônée par le Premier Ministre.

 A ce titre, il est à la fois loisible et plausible de constater qu’en deux ans MARTELLY et LAMOTHE ont visité les pays de la CARICOM plus que tous les Chef d’Etat et  de Gouvernement qui ont dirigé Haïti sous l’égide de la Constitution du 29 mars 1987. Ils ont même dépassé leurs homologues Dominicain, Cubain, Jamaïcain, Trinidadien qui ont plus d’intérêts à voyager dans ces pays pour faciliter l’écoulement des marchandises produites chez eux ou pour en faire la promotion.

 Le nombre illimité de ces voyages à destination surtout  de Suriname et d’Aruba, Pays indexés, à tort ou à raison, comme spécialisés dans le blanchiment d’argent et du trafic de la drogue, doit interpeller les Institutions de contrôle en termes de résultats et d’opportunité réels pour Haïti.

 Honorables Sénateurs,

 Il est clair que les résultats de ces longs et couteux voyages, malgré les propagandes, consacrent une diplomatie d’affaires entre de petits copains et coquins qui utilisent les Fonds Publics à des fins personnelles et mafieuses. Et, dans ce jeu de coquins, Haïti est la grande perdante lorsqu’on prend en compte le coût de ces voyages, en particulier le dernier à destination de Surinam où le Trésor Public a dû supporter tous les frais pour la famille présidentielle et près d’une centaine de personnes. Il en est de même du  Sommet réalisé en Haïti en février 2013 en l’honneur de MARTELLY et de ses amis Caribéens estimé à 1 Million de dollars américains soustrait une fois de plus de nos maigres ressources. D’ailleurs, aucune information relative au montant des frais perçus par le Président, sa famille et ses proches pour leurs nombreux voyages à l’étranger n’est disponible.

S’agissant de l’opportunité de cette diplomatie d’affaires à prédominance CARICOM, il va sans dire qu’il s’agit de l’usage des fonctions Régaliennes de l’Etat à des fins personnelles et amicales, car les rapports entre les Pays de cette Région doivent viser avant tout la mise en œuvre du Traité de Chaguaramas préconisant l’instauration d’un marché unique reposant sur une union douanière, la libre circulation des facteurs de production, à savoir la libre circulation des personnes, des biens, services et capitaux, les interdictions visant à supprimer les restrictions aux mouvements de capitaux, l’harmonisation des législations pour garantir de manière efficace et durable la cohérence du marché intérieur, la prohibition des mesures tendant à restreindre, fausser ou empêcher la concurrence, tels que : les ententes entre entreprises,  l’abus de position dominante, des pratiques commerciales déloyales et l’adoption de normes sur la protection des consommateurs.

Toute relation avec la CARICOM qui ne prend pas en compte l’implémentation des exigences de ce Traité est une démarche personnelle, fantaisiste n’ayant aucun rapport avec l’Histoire et les Intérêts de la Région en général et les Intérêts Supérieurs de notre Nation en particulier. 

Honorables Sénateurs,

L’arrestation de Dino Bouterse, fils du Président du Surinam Desi Bouterse, pour son implication dans le trafic d’armes et de la drogue, les rapports du Président Surinamien et de son pays avec la drogue et le blanchiment d’argent, le rapprochement particulier entre le Président MARTELLY et le Président Bouterse, l’empressement, l’entêtement et l’acharnement des Autorités haïtiennes à intensifier outre mesure les relations diplomatiques entre Haïti et ce Pays, doivent, AU NOM DE LA DIGNITE NATIONALE, attirer  votre attention. Car,  en matière de trafic de la drogue et de blanchiment d’argent, les présomptions suffisent pour justifier l’ouverture d’une enquête.

 Honorables Sénateurs,

 L’utilisation des plus Hautes Sphères de l’Etat et de la Puissance Publique à des fins criminelles et personnelles constitue une  menace souterraine pour la Démocratie dans la  mesure où  elle permet de soudoyer les Institutions Etatiques au grand dam des citoyens et l’utilisation de l’Etat comme instrument de blanchiment des avoirs, de trafic de drogue et de terrorisme.

 Les présomptions légitimes de blanchiment et de trafic de drogue liées à l’envergure que prennent depuis deux ans les relations entre les Présidents Michel Joseph Martelly et Desi Bouterse sont évidentes et représentent d’ores et déjà un problème de DIGNITE NATIONALE.

 Pour toutes ces raisons, les Citoyens susdits requièrent le Bureau du Senat de mettre sur pied dans les plus brefs délais une Commission d’enquête sénatoriale chargée d’enquêter sur :

 L’usage fait des fonctions officielles attribuées au Président de la République, Son Excellence Michel Joseph MARTELLY et au Premier Ministre, Son Excellence Laurent SALVADOR LAMOTHE au cours des voyages réalisés pendant ces deux dernières années dans les Pays de la CARICOM, notamment ceux réalisés à Surinam, Guyane, Aruba.

Les dessous des relations entre le Président de la République, Joseph Michel MARTELLY et le Président du Surinam, Desi Bouterse et son fils Dino Bouterse, deux trafiquants de drogue notoires.

 Newton Louis St Juste, av.
André Michel, av.

Salutations patriotiques.

 A Lire Aussi: