Analyses & Opinions

Radar électoral: ( Alerte pour les huit (8) prochaines années)

membre-conseiller-electoral-ctcepOuf! Cela a pris du temps, mais c'est finalement arrivé. Ce n'est pas la mort de la mère du néo-libéralisme, celle qui voulait balayer le socialisme, Margaret Thatcher. Mais le CT-CEP apparemment en route vers des élections sénatoriales et des collectivités. Les neuf (9) nouveaux membres issus des trois (3) pouvoirs sont connus.

Vraisemblablement. Jusqu'ici. En attendant l'arrêté présidentiel, c'est un CT-CEP mi-provisoire, mi-permanent qui devra renouveler partiellement le personnel politique. Tout peut arriver avec le temps. Et avec ce temps, ces opérateurs politiques (pouvoir et opposition) tout peut s'en aller. D'un coté, le pouvoir en place sort sa carte d'identité: Duvaliériste coriace sur toute la ligne. Les « lavalassiens » de service commencent à s'ouvrir les yeux, quand ils n'ont pas été mis à la porte. D'autres leaders qui espéraient obtenir des miettes du pouvoir Martelly ont cessé d'y croire. Suivez mon regard! De l'autre bord, avec le « retour » enfin de Evans Paul dit K-P, l'opposition démocratique large se renforce dans sa quatrième sortie aux Gonaïves. Front commun. Projet unique. Sans OPL. Bien sur, Sauveur Pierre Etienne se présente comme la troisième voie, un secrétaire général qui n'a aucun contrôle sur ses troupes au parlement. OPL est trop « démocratique » pour s'allier aux autres partis de l'opposition a-t-il déclaré sur la VOA.

A la Chambre des députés, y en a qui se voient déjà sénateurs. Guerre froide. Guerre chaude. Ici pas la peine de choisir son camp, on l'a fait pour nous y a bien longtemps. Nous ne sommes pas pourtant à Vérone. Nous sommes au pays de Dessalines. Pays des élections. Beaucoup d'élections. Elections à gogo. Dommages collatéraux par la tentative avortée de falsification des Amendements par les sénateurs sortants aspirant à leur réélection et siégeant actuellement au palais national et au cabinet ministériel.

En effet, nulle part ailleurs, les 8 prochaines années 2013 à 2020, Haiti, le pays le plus appauvri du continent américain réalisera un nombre incroyable d'élections qui dépendront toutes de la générosité de la communauté internationale. On aime bien cela. L'habitude devient notre seconde nature. Vivement souveraineté.

Avec Lamothe attitude en tournée internationale, la course à la présidence commence bien avant deux élections prévues : celles des sénatoriales partielles et collectivités territoriales pour octobre 2013 (déjà en retard de 2 ans) et celles d'octobre 2014 pour le renouvellement de la chambre des députés et du deuxième tiers du sénat. Entre temps beaucoup d'eau aura coulé sous les ponts avant les présidentielles prévues pour octobre 2015. Pendant qu'on y pense, profitons pour partager avec vous quelques grandes appréhensions. Nous sommes devenus une nation totalement à vocation électorale et l'harmonisation des mandats, ratée en mai 2011, n'est pas pour demain et cette faute revient entièrement à l'appétit glouton des sénateurs de 6 ans qui ont tout gâché lors du vote de ratification des amendements proposés en 2009 avec la complicité probable d'Enex J.C. et à cause d'eux nous allons patauger dans la merde, semble-t-il, pour toujours.

Imaginez des élections successives

(en octobre) : 2013, 2014, 2015, 2016 (pour les sénateurs de 6 ans élus en 2011), 2017 (pour les collectivités qui entreront en fonction en 2014), 2018 (pour un autre renouvellement de la chambre des députés entrés en fonction en 2015), 2019 (pour les sénateurs qui entreront en fonction en 2014) et 2020 (pour le président qui entre en fonction en février 2016) ; arrêtons-nous là pour ne pas continuer à nous répéter et développer un ulcère électoral. Au moins 8 élections successives (héritage des Lambert, Latortue, Clérié, Joazile, etc.). Cas perdu ou cause possible? Que peut-on encore sauver?

La prochaine loi électorale de 2013, si la conscience citoyenne y est, pourrait commencer à régulariser le cycle infernal des élections en modifiant la durée des prochains mandats et une nouvelle Proposition d' Amendement bien pensée qui déjà devrait être en branle pour être proposée à la dernière session de la 49ème législature l'année prochaine pour l'harmonisation de tous les mandats avec celui du président élu qui sera installé le 7 février 2016. Cette dernière session, il est bon de rappeler, prendra fin le 2ème lundi de septembre 2014 (soit dans 17 mois approximativement). Tout cela requiert du patriotisme,

une bonne vision et de grands sacrifices, mais sommes-nous prêts à les accepter ?

Dieudonne Saincy
DS

A Lire Aussi: