Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Analyses & Opinions

L'odeur de la mort - Réflexion sur l'esprit d'invention Haïtien

lumierePar Marc-Marthur Pierre-Louis

Ne vous en faites pas, cet article n'a rien de morbide. Il ne parle de chanpwèl ni de bizango. Il est issu d'une série de méditations d'ordre professionnelle dont le fruit se prête bien a des échanges sur nos forums. Graneg vient de produire certaines idées qui ont reçu de belles salves d'applaudissement, ce qui est rare de nos jours sur nos forums qui deviennent de plus en plus muets. Cependant étant donné que l'esprit d'invention qui a façonné la civilisation de l'Ouest est totalement fascinant et qu'il est transporté dans le monde des idées, une réflexion sur l'esprit d'invention haïtien est une urgence a laquelle nous devrions nous atteler aussi tôt que possible.

Lire la suite...

Ranmase: "Michel Martelly fait déjà partie du passé", Sauveur Pierre Etienne

martelly-face2Le nouveau coordonnateur de l'Organisation du Peuple en Lutte a commencé son intervention à l'émission Ranmase d'hier samedi (4 Aout) par une flèche "empoisonnée" en direction de sa "soeur-ennemie" de la Convergence Démocratique, Edmonde Supplice Beauzile en indiquant qu'il met quiconque en défi de prouver qu'il a mis ses pieds même une seule fois au palais présidentiel sous l'ère Martelly (la dirigeante de la Fusion avait indiqué sur une autre station et antérieurement que SPE va plus souvent voir Martelly au palais qu'elle).

Lire la suite...

Haïti de Martelly fait malheureusement partie des pays de la terre où manger reste encore au 21e siècle, un luxe pour de nombreux haïtiens.

martelly-sean-penn

Le problème de la faim en Haïti demeure un véritable cauchemar quotidien pour les petites bourses. Les programmes démagogiques du régime en place tels : « Aba grangou » et « Ti manman cheri », n’ont pas encore atterri, selon l’avis de plus d’un.

Lire la suite...

Nouvelle ambassadrice, même politique

ambassadrice-americaineLa  nouvelle ambassadrice américaine en Haïti, Pamela Ann White, a remis hier matin ses lettres de créance au président de la République, Michel Joseph Martelly. La diplomate, qui connaît bien Haïti pour avoir occupé le poste de directrice de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), de 1985 à 1990, revient en territoire connu. Après une vingtaine d’années de mission  dans plusieurs pays d’Afrique, Mme White est dans nos murs pour une période de trois ans. Comme tous les autres diplomates américains en poste à Port-au-Prince, elle a promis l’aide de son pays à Haïti et se déclare prête à appuyer les efforts de tous les secteurs concernés dans le développement économique et social du pays de Dessalines.

Lire la suite...

La Constitution de 1987 est-elle vraiment amendée ?

georges-michelBeaucoup de gens nous demandent cet article pour expliquer exactement notre situation présente. Cet article complète notre article paru dans Le Nouvelliste du 31 mai 2012 en l’actualisant. Notre situation à l’heure actuelle est très simple : « Malgré la pompe et la mise en scène ayant accompagné  la publication des pseudo-amendements, nous avons laissé les voies de la légalité constitutionnelle pour entrer dans les voies plus agréables, moins contraignantes mais plus périlleuses du DE FACTO. » Le Droit a perdu, mais la défaite du Droit est toujours provisoire. L’imbroglio juridique est loin d’être résolu. Il va continuer.

Lire la suite...

Le carnaval permanent du musicien-président Martelly

Depuis la colonie française de l’île d’Haiti, le carnaval et la politique y ont toujours cohabité. Le carnaval représente l’une des plus grandes festivités publiques. Son origine remonte à l’époque coloniale

martelly-carnaval-fleurs-2012

Le carnaval gagne, en effet, toutes les catégories sociales, en dépit des multiples interdictions provenant du code noir de 1685 qui interdisait aux esclaves de s’attrouper et de se réunir en bandes, de l’église, de l’ordonnance du 19 février 1765 qui défendait aux esclaves de participer au carnaval.

Cette ordonnance stipulait :

«  Tous nègres esclaves qui seront arrêtés courant les rues masqués ou déguisés seront punis du fouet marqués de la fleur de lys et ensuite attachés au carcan pendant trois heures pour la première fois et de plus graves peines en cas de récidive, et de punition de mort ».

Lire la suite...