Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Economie

Haiti Observateur: Global Voice Group de Laurent Lamothe et SOWCI ensemble pour ruiner la Téléco (première partie)

laurent-lamothe-facebookQuand la «Global Voice Groupe », la compagnie de Laurent Lamothe, s’implante quelque part, d’autres sociétés associées sont déployées en même temps, dont chacune d’entre elles s’empare du marché, selon l’expertise sollicitée. Débarqué en Haïti avec son associé espagnol Ricardo Olloqui Dominguez, en 2007, l’actuel Premier ministre haïtien avait conjugué les forces de la Global Voice avec celle de la SOWCI.

En effet, en 2008, Global Voice était en Haïti avec la SOWCI alors qu’elle avait ses officines dans plusieurs pays. En Haïti, Global Voice avait ses installations à Port-au-Prince avec la Téléco pour cliente et Sophia Martelly comme manager de projet, sous contrat IGAP.

En même temps, la compagnie s’était implantée à Lomé, capitale du Togo, avec Yves Tchémélécome manager de Project, également sous contrat IGAP, dont le client était alors Togo Telecom. À Bissau, Guinée-Bissau, Anna Diatta occupait la fonction de manager de Projets auprès de Guinée Telecomet Guinetel, travaillant aussi sous contrat IGAP. À Congo, Brazzaville, Alain Koby  était projet manager, engagée par ARPT sous contrat STP. À Bangui, Union centre-africaine, Global Voice Groupe avait un contrat STP avec ART pour client.

 À Port-au-Prince, le contrat a été lancé le 1er mai 2008.

 En vertu du contrat signé entre Global Voice Group SOWCI, ces compagnies gagnaient 14 centimes la minute sur les appels internationaux.
L’accord conclu entre la Téléco et la firme espagnole SOWCI, dont Laurent Lamothe est aussi associé, se définit en ces termes :

ARTICLE 1 : OBJET DUCONTRAT.1.1 La TELECO sollicite les services de la SOWCI qui l’accepte, pour l’assister dans le Contrôle de son trafic d’interconnexion local et international entrant et sortant en Haïti Suivant les termes et conditions du présent Contrat.1.2 L’assistance de la SOWCI faisant 1’objet du présent contrat consiste en la prestation des Services suivants à TELECO

  • La sécurisation et le contrôle effectif du Trafic d’interconnexion local et international.
  • La commercialisation du trafic International tel que défini à 1’article 2.5.- ci-dessous.
  • La fourniture, l’installation et la mise en opération d’un nouveau switch, devant servir de gateway pour les transporteurs internationaux, les opérateurs locaux et les PABX d’entreprise.

La lutte contre la fraude.

1.3 II est entendu que les prestations seront fournies suivant l’étendue des Services et les spécifications techniques de l’Appel d’Offres no. 3 lancé par la TELECO le 10 août2007 pour la « Sélection d’un prestataire de services pour la fourniture d’une plateforme de contrôle technique et commercial du trafic d’interconnexion» (ANNEXE I).

ARTICLE 2 : FOURNITURES ET PRESTATIONSDE SERVICES DE SOWCI2.1. SOWCI fournira à la TELECO :

a. Un diagnostic minutieux de la plateforme de contrôle technique et commercial du trafic d’interconnexion de TELECO, des équipements de transmission et du réseau de TELECO en Haïti.


b. un nouveau commutateur complet avec ses équipements connexes et de transmission CISCO, VSAT, NOCPC, Billing platform, etc. suivant les spécifications Techniques de l’Appel d’Offres de la TELECO du 10 Aout 2007avec 1’interface d’exploitation du système en langue anglaise. Dans l’édition de la semaine prochaine, seront publiés les tarifs et les millions réalisés par Global Voice dans le cadre de ses activités en Haïti.

Au moment où l’actualité nationale est dominée par la question des impôts dont des hommes d’affaires haïtiens sont accusés par la DGI d’-avoir négligé de payer, il faut demander au Premier ministre Lamothe si sa compagnie s’était acquittée de sa responsabilité fiscale. Cette question est d’autant plus importante que les informations qui circulent à l’égard de Lamothe laissent croire qu’il n’a payé que les impôts de l’entreprise de son père, l’Institut Lopé de Vega.

On rapporte que le parlement avait accepté que Laurent Lamothe paye 5 ans de retard fiscal en un seul versement sans être astreint aux amendes et pénalités généralement imposés dans ces cas. Selon ces mêmes informations, il n’avait commencé à payer ses impôts que le 8 mars2012 pour les cinq dernières années.

Source: Haiti Observateur