Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

hugues-saint-fort-banner620x182

Hugues Saint-Fort a fait des études de lettres modernes et de linguistique aux Universités de Paris III Sorbonne Nouvelle et de Paris V René Descartes-Sorbonne d’où il a obtenu un Doctorat de linguistique. Il a enseigné la linguistique et/ou le français à l’ile Maurice, puis à Queens College, City College of New York, Kingsborough Community College.
 
Ses intérêts de recherche portent sur la création lexicale en créole haïtien, le phénomène des alternances genèse du créole haïtien  et l’évolution de la littérature haïtienne dans l’émigration nord-américaine
Qui est le professeur Hugues Saint-Fort?

A quand la fin des malentendus autour du kreyòl? - Reaction a l'article « Economie d’une langue et langue d’une économie »

kreyolHugues Saint-Fort --- Dans ce texte, je présente une réaction critique à un aspect d’un article qui a été publié en deux parties, il y a trois semaines environ sur l’un de nos forums et intitulé « Economie d’une langue et langue d’une économie ». Ma réaction peut paraitre un peu tardive mais depuis novembre 2012 jusqu’au vendredi 5 avril et samedi 6 avril 2013 (les deux jours du colloque), j’étais profondément impliqué dans la co-organisation d’un grand colloque universitaire international (plus de cent personnes venant de partout) célébrant à New York University le centenaire  de la publication de « Du côté de chez Swann » (1913), le premier des sept volumes d’« A la recherche du temps perdu » de Marcel Proust. Maintenant que mon collègue et moi-même, avons mené ce colloque à bon terme, il va falloir travailler sur la publication des Actes du colloque, prévue pour l’hiver 2014.  

Lire la suite...

La question de l’accent : pouvoir, prestige et préjugé dans la communauté linguistique haïtienne.

 kreyolHugues Saint-Fort --- Selon l’Encyclopédie libre Wikipédia, un shibboleth « is a word, sound, or custom that a person unfamiliar with its significance may not pronounce or perform correctly relative to those who are familiar with it. It is used to identify foreigners or those who do not belong to a particular class or group of people. It also refers to features of language, and particularly to a word or phrase whose pronunciation identifies a speaker as belonging to a particular group. »

Lire la suite...

Qu’est-ce que l’extrême-droite haïtienne ? (Première partie)

Droite, gauche, et centre sont des appellations qui sont historiquement marquées. Elles correspondent à la répartition des sièges lors de la réunion des Etats Généraux en France en 1789 où la noblesse s'asseyait à la droite du roi et le Tiers-Etat à sa gauche. Généralement, durant les débats, les nobles les plus conservateurs (les réactionnaires) soutenaient les opinions du roi, les parlementaires les plus révolutionnaires étaient opposés aux opinions du roi et ceux qui étaient au centre essayaient de faire des compromis. C'est ainsi que ces étiquettes ont pris naissance.

Lire la suite...

Une Académie de langue kreyòl ou une politique linguistique en Haïti ? (Première partie)

hugues-saint-fortHugues Saint-Fort ---  L'objectif principal de cet article est de montrer la nécessité d'une politique linguistique en Haïti. Au passage, je défends la thèse que la création d'une Académie de la langue kreyòl, telle qu'elle est instituée dans les textes de la Constitution de 1987, n'est pas d'une utilité sociale, linguistique, et éducative majeure en Haïti. Ce dont la société haïtienne a réellement besoin, c'est d'une politique linguistique officielle qui affecte aussi bien le corpus, la structure (orthographe, prononciation, grammaire, vocabulaire) que le statut (variété qui devrait être utilisée, où elle peut être utilisée) de la langue kreyòl. Mais, la langue kreyòl n'est pas la seule langue parlée dans la société haïtienne. Si l'article 5 de la constitution de 1987 nous rappelle que « tous les Haïtiens sont unis par une langue commune : le créole », ce même article 5 signale tout aussi clairement que « le créole et le français sont les langues officielles de la République. » Ce statut de langue officielle attribué au kreyòl et au français en Haïti force à considérer que le destin des deux langues dans la société haïtienne est inséparablement lié, même si leur usage et leur statut sont inégalement répartis.

Lire la suite...

Qu’est-ce qu’un créoliste?

kreyolHugues Saint-Fort --- L'usage du mot « créoliste » a rebondi cette semaine sur nos forums bien-aimés avec une intensité et une fréquence toute nouvelles. On découvre des créolistes partout, presque tout le monde se déclare créoliste, il y en a même un (mais celui-là, ça ne m'étonne pas du tout de lui !) qui s'est déclaré expert en créole haïtien. Comment peut-on se vanter d'être un expert en créole haïtien uniquement sur la base de son état de locuteur natif ? Nul locuteur natif du français ou de l'anglais ou du chinois ou du wolof ne peut se présenter en tant qu'expert de ces langues et je doute qu'il le fera, à moins d'être de la même race que le compatriote haïtien qui l'a fait. Personne, même le locuteur natif, n'a une connaissance totale de sa langue maternelle. Il y aura toujours des pans de la langue qui demeureront plus ou moins méconnus, plus ou moins mal explorés. Dans la célèbre distinction mise en avant par Chomsky entre « compétence », c'est-à-dire le savoir des locuteurs sur la langue, et « performance », c'est-à-dire la production réelle des locuteurs qui peut comporter des erreurs, des hésitations, de faux débuts, des passages à des productions dialectales, les locuteurs se révèlent nus dans leur connaissance de la langue.

Lire la suite...