Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Actualités

Lettre ouverte du New England (NEHRO) à Jovenel Moise: “ Vous semblez placer vos intérêts personnels au-dessus de l’intérêt national

 jovenel moise budget-pawol-chanjman

Boston, 13 Septembre 2017
S.E Monsieur Jovenel MOISE
Président de la République d’Haïti

 

Excellence,

La New England Human Rights Organization (NEHRO), organisme international de défense des Droits de l’Homme, basé à Boston dans l’Etat du Massachusetts, vous adresse cette lettre ouverte pour signifier à votre excellence ses inquiétudes relatives à votre mode de gestion de la chose publique.

La Constitution du pays fait de vous, Monsieur le Président, le garant de la bonne marche des institutions de la République. Cependant, vous semblez placer vos intérêts personnels, ceux de votre famille et de vos amis au-dessus de l’intérêt national. Vous prenez des décisions qui engagent la nation sans vous soucier des conséquences et impacts qui se produirons de façon négative sur la population dont vous êtes le garant. Vous abordez avec légèreté, voire même arrogance, les grands dossiers nationaux sans tenir compte de notre culture ou de notre identité.

Excellence,

Le pays vit un moment extrêmement fragile qui requiert un leadership avisé et éclairé. L’heure est grave. Pour en sortir, voici quelques ébauches de solutions que, très humblement, nous voulons soumettre à votre attention:

-       Prendre en compte les desideratas de la population qui vit dans la crasse, dans la misère abjecte en utilisant à bon escient les maigres ressources du pays.

-       Organiser, avec tous les secteurs vifs de la nation, une rencontre urgente pour trouver un modus operandi afin d’atténuer cette crise qui ne fait que grandir et qui inquiète.

-       Entourez-vous de citoyens avisés qui puissent vous conseiller, et non avec ceux qui vous disent que tout va bien dans le meilleur des mondes possibles,

-       Soyez à l’écoute des revendications de cette population qui vous a donné son vote de confiance pour changer le visage de ce pays, pour améliorer ses conditions, mais non pour en jouir de façon éhontée et sans grandeur.

Il n’est pas trop tard, Monsieur le Président, pour redresser la barque nationale et la mettre sur la voie du progrès et du développement. Comme Confucius eut à dire un jour : «  Il y a plusieurs façons d’apprendre, on apprend par l’histoire, on apprend par la réflexion et on apprend par l’expérience ».

C’est par cette réflexion, Monsieur le Président, que nous vous saluons et vous souhaitons du courage pour gérer avec sagesse et perspicacité la nation haïtienne.

Josue Renaud, MS MED
Président de NEHRO