Tout Haiti

Le Trait d'Union Entre Les Haitiens

Jeu09212017

Last update07:06:13 PM

Actualités

L'ambassadrice americaine: Wright, White & Wrong

laurent-lamothe-ambassadeur-americain-carnaval-haitiPremier Ministre Haitien Laurent Lamothe, Pamela Wright  Ambassadrice Americaine et une dame

Dans une interview réalisée par Frantz Duval, du journal Le Nouvelliste, publiée le 25 juillet 2013, l'ambassadrice américaine en Haïti, Pamela Wright, après une année de présence au pays, n'a cessé de voir la vie en rose.

Sa capacité à nous étonner par son talent de marier mensonges et vérités diplomatiques est remarquable.

Elle risque même de devenir une concurrente immédiate de Lucien Jura. Jamais dans l'histoire on a eu une ambassadrice américaine aussi sincère dans ses nombreuses sorties médiatiques. Et c'est par sa sincérité justement que tout ce qu'elle raconte n'est jamais VRAI. Car on aura beau être sincère sans pour autant dire la vérité. Si en politique le peuple exige généralement la vérité, chose rarissime, en diplomatie, à quelques exceptions près, le mensonge est de rigueur, il a le droit de cité, surtout quand on est au tout début de sa mission et notamment chez ces gens-là de l'assistance mortelle. Des faux amis. Cet entretien de Pamela Wright au Nouvelliste confirme la complicité combien malsaine du gouvernement américain avec ce pouvoir.

« 80 millions de dollars en faveur des fermiers du Nord », autrement dit, les USA sont toujours favorables à notre agriculture, veut laisser croire l'ambassadrice. Petits mensonges entre amis. Pire, la diplomate voit des « progrès » presque partout. Neuf fois le mot « progrès » est sorti de sa bouche. Le « progrès » est au pluriel. Trois fois Mme Wright parle de « beaucoup de progrès ». Si le journal Haïti-Progrès n'existait pas, elle l'aurait inventé tellement la république se porte bien. Elle doit avoir des lunettes 3D.

Elle voit ce que les autres ne voient pas. Rien d'étonnant qu'elle ait été une responsable de l'USAID avant de devenir ambassadrice.

Sur les élections, apparemment elle se « rétracte » tout en ignorant avoir tenu des propos contraires sur la Voix de l'Amérique (VOA) sur la non-faisabilité des élections en 2013 « si la loi électorale n'était pas publiée au plus tard en juin 2013, selon son entrevue à la VOA en avril 2013 (1)»; nous sommes à présent à cinq jours du mois d'août. Au moins quatre fois face à Frantz Duval Mme Wright/Usa « veut des élections en 2013, les élections sont possibles en 2013, elle croit qu'on va avoir les élections en 2013 en terminant pour dire cap sur 2013 », ignorant totalement qu'on ne peut faire des élections sans une Loi électorale qui n'a jamais été publiée à la date qu'elle avait été prévue (anticipée ou projetée). Remarquons que ses réponses sont similaires à celles du Premier ministre Lamothe dans le même quotidien. Finalement, l'ambassadrice donne l'impression de vouloir entendre la classe politique - version opposition-exigeant des élections à la fin de cette année. Elections ou démission, le temps nous dira si Pamela est réellement Wright, white et wrong.

 Dieudonne Saincy. DS
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Photo: Richardson Dorvil

(1) Entrevue VOA : « Anbasadè Pamela White ajoute, malgre reta kalandriye a, si responsab yo pibliye lwa elektoral la nan mwa jen an ap rete yon tan rezonab toujou pou eleksyon yo ta dewoule anvan fen ane 2013 la; men li pa ekate non plis posiblite pou yo dewoule tou an 2014 --yon rezèv ki rejwenn kè sote moun nan sosyete sivil la ak sektè politik yo ki genyen dout Ayiti ap òganize eleksyon anvan ane 2013 la bou »Lien : http://www.voanouvel.com/content/article/1649231.html

A Lire Aussi: